Quand arroser les graines de gazon ?

2

Nous traiterons ici des méthodes de semis et de l’entretien de votre pelouse.

A découvrir également : Pourquoi l'herbe jaunit ?

1. MÉTHODES DE SEMIS

Pour calculer la quantité de graines que vous devez acheter afin que votre pelouse soit relativement dense et bien touffue, comptez entre 35 et 45 g de graines par m².

Avant de commencer à semer, il est important de connaître les différentes manières de procéder. La qualité d’une pelouse dépend bien entendu de la qualité de la graine, mais aussi de la distribution uniforme des graines sur toute la surface.

A voir aussi : Quand et comment Desherber une pelouse ?

1.1. Semez à la volée

Cette méthode ne nécessite pas d’équipement professionnel, le semis se fait à la main. Pour ce faire, prenez une poignée de graines et faites des mouvements ; d’avant en arrière et de de gauche à droite, libérant progressivement les graines.

Ne jetez pas une poignée de graines à la fois, sinon vous aurez des zones sous-dosées (avec des trous) et des zones surdosées (trop denses) et donc une pelouse très inégale et inesthétique.

Commencez votre semis en faisant un angle par rapport à la surface à brouter, puis faites des allers-retours jusqu’à la fin. Recommencez en vous éloignant d’avant en arrière, mais de gauche à droite pour croiser votre semis et mieux répartir les graines sur toute la surface. Il est nécessaire d’avoir un plant aussi homogène que possible.

Les avantages de la méthode :

— vitesse de semis

— bien adapté aux semis à petite échelle

— Vous n’avez pas à investir dans un semoir

Inconvénients de la méthode :

— peu de semis juste au moment où vous n’ont pas la main droite

— ne convient pas très bien aux grandes surfaces

— solution très difficile si le vent est encore faible

Pour cette méthode, il y a environ 2 poignées de graines par m².

1.2. Semis mécaniques

Pour semer mécaniquement, vous avez besoin d’un semoir petit ou grand, selon la zone à semer. Il existe également des semoirs qui peuvent être installés derrière un petit tracteur, car les paysagistes sèment rapidement de grandes surfaces.

Selon le semoir, vous disposez d’un distributeur intégré plus ou moins précis qui libère progressivement les graines plus loin dans la chaîne. Il vous suffit donc de remplir votre semoir de graines et de faire à peu près la même chose que lors du semis à la volée. Sur la photo, vous pouvez voir un semoir manuel avec une manivelle à gauche et un semoir à traction à droite. Notez que le foret de tirage est plus précis.

Commencez par un angle puis faites des allers-retours. Lorsque vous avez terminé, recommencez dans une direction perpendiculaire à la précédente afin de pouvoir croiser la graine.

Les avantages de la méthode :

— méthode moins fatigante

— ensemencement facile

— uniformité de la distribution des graines sur toute la surface

— Semis possible même en cas de vents modérés

Inconvénients de la méthode :

— des coûts plus élevés si vous devez acheter un semoir

— semis peu précis avec un semoir de premier prix si vous n’avancez pas assez vite

si vous avez des graines très fines et pour en obtenir une aussi pour éviter les semis denses, vous pouvez ajouter du sable au mélange pour faciliter le semis et l’éclaircissage des graines. Le sable doit être complètement sec.

Même si le semis est possible par vent modéré, il n’est pas recommandé car les graines sont très légères. Ils risqueraient de s’envoler et de s’accumuler en certains points, la distribution ne serait plus homogène.

1.3. Après le semis

Une fois le semis terminé, les 3 dernières étapes terminent votre semis.

ENTERREMENT : Il s’agit d’une étape non obligatoire, mais elle est plus recommandée car elle améliore la germination des graines. Pour ce faire, ratisser légèrement sur la surface du sol pour enterrer partiellement les graines. Cela leur permet de germer davantage et de prendre racine rapidement en les enterrant facilement.

ROLLING :

Il s’agit de la dernière étape du travail du sol. Pour ce faire, il suffit de guider un rouleau à gazon sur toute la surface de la pelouse en longueur et en largeur. Avec ce rouleau relativement lourd, vous pouvez facilement compacter la surface du sol pour que les graines soient bien en contact avec le sol lorsqu’elles commencent à germer. Il sera également possible de niveler une dernière fois la surface du sol.

ARROSAGE : Un arrosage abondant sous une pluie légère facilite la germination rapide des graines précédemment semées. Un arrosage grossier briserait la surface du sol et formerait une croûte terrestre très difficile à percer pour les jeunes pousses.

Cette étape est absolument nécessaire pour optimiser le développement des graines et les hydrater dès leur germination.

Répétez l’arrosage deux fois par semaine si le temps est sec.

2. ENTRETIEN DE VOTRE PELOUSE

Une fois le semis terminé, la majeure partie du travail reste à faire. L’entretien de la pelouse nécessite un peu plus que la tonte deux fois par mois.

Nous commencerons par un bref rappel des différentes phases de l’entretien :

— Fauchage :

La tonte de votre pelouse est un gage de beauté et de densité de votre pelouse. Grâce à cette action, l’herbe conserve sa belle couleur verte jour après jour. Si Tondue à 3 mm pour un green de golf ou à plusieurs centimètres pour une pelouse pour le plaisir, cette tonte doit être effectuée régulièrement et effectuée avec une tondeuse adaptée.

— Traitements anti-mousse et désherbant :

Les pesticides doivent être utilisés le moins possible. Pour compenser cela, de plus en plus de produits respectueux de l’environnement ont été lancés pour réaliser ces traitements essentiels.

Ils aident à réguler les graminées indésirables et les mousses qui les étouffent et les décomposent à long terme.

Le désherbage se fait sur une pelouse avec des produits herbicides systémiques. Cela signifie qu’ils éliminent les mauvaises herbes en enlevant les herbes de la pelouse. conserver. Les produits anti-mousse fonctionnent de la même manière en neutralisant simplement la mousse.

10 jours après un traitement anti-mousse, il faut scarifier ou passer un râteau à gazon pour éliminer cette mousse brûlée et noire.

Les herbicides sélectifs pour graminées doivent être utilisés tous les 2 à 3 mois en été. En outre, faites attention aux boîtes à utiliser et protégez-vous avec un équipement spécial, car ce sont des produits dangereux.

Il existe également des produits complets qui permettent de fournir des engrais, des anti-mousses et un désherbant en une seule application.

— La scarification :

Cet entretien se fait à l’aide d’un scarificateur. Cet appareil doit être acheminé sur la pelouse comme une tondeuse. Grâce à ses petites lames verticales, il gratte le sol dès les premiers centimètres. La tâche principale du scarificateur est d’éliminer la mousse sans nécessairement utiliser de traitement anti-mousse. Cependant, la scarification peut également rajeunir une pelouse chaque année en aérant superficiellement le sol grâce aux lames (photo ci-dessus).

Cela peut être fait avant de semer une pelouse de rebasage et d’ajouter de l’engrais.

— Irrigation :

Elle n’est pas obligatoire, mais elle est recommandée en été pour des raisons esthétiques. UN La pelouse peut survivre sans arrosage, mais elle jaunit en période de sécheresse.

Vous pouvez commencer à arroser à partir du mois de mai. Ils doivent être espacés, mais abondants et réguliers. En période de forte sécheresse, il est recommandé d’arroser tous les 2 à 3 jours.

L’arrosage le matin est bien plus bénéfique que l’arrosage du soir car les plantes y sont plus réceptives. Contrairement à la croyance populaire, l’arrosage le soir favorise les maladies et la pourriture en raison du fait que l’humidité du feuillage des herbes reste élevée tout au long de la nuit.

Pour gagner du temps, vous devez installer un système d’arrosage automatique.

— La fertilisation :

Il est particulièrement important lorsque vous récupérez le produit de votre tonte à chaque fois. Dans ce cas, le sol finira par s’épuiser et votre herbe descendra petit à petit. Si vous avez un sol relativement acide où la mousse se dépose facilement, vous pouvez ajouter du lithotamme ou de la chaux en janvier pour corriger ce niveau d’acidité.

Par exemple, vous pouvez apporter de la corne concassée (photo ci-dessus) ou de l’engrais à base d’algues ou de compost torréfié, très fin et bien décomposé pour une pelouse qui a besoin d’un coup de pouce. Appliquez également des engrais à diffusion lente sur l’ensemble de votre pelouse deux fois par an. Ils doivent être fins pour s’intégrer rapidement dans le sol et ne doivent pas être aspirés de la tondeuse après leur mise en place.

N’ajoutez pas d’engrais trop riche en azote, sinon votre pelouse poussera beaucoup plus vite et la tonte sera plus régulière. Ce Les engrais ne sont fournis que pour les pelouses les plus touchées ou gravement scarifiées.

— Aération : Une fois la pelouse installée, il est impossible de travailler le sol pour l’aérer. Par conséquent, certaines méthodes ont été développées pour apporter un peu d’oxygène aux racines des graminées.

Entre autres choses, vous pouvez utiliser un rouleau aérateur de gazon. Il s’agit d’un rouleau de boutons qui est tiré sur toute la surface une fois par an. Pour les petites surfaces, de petits aérateurs cloutés attachés aux chaussures permettent d’aérer l’herbe en marchant.

2.1. Exemple de semis et d’entretien dans des situations délicates

Deux expositions sont assez difficiles pour les pelouses :

— Plein soleil dans un sol sec

— Ombre dans les sols humides

Il est assez compliqué de s’adapter à ces situations. Vous devez choisir le bon mélange, mais vous devez également tenir compte du fait que davantage de culture du sol est nécessaire. L’entretien doit également être mené avec une plus grande vigilance.

2.1.a. Plein soleil dans un sol sec

Si vous avez des terres qui se sont asséchées très souvent, orientées au sud et où les températures peuvent être élevées en été, vous ne devez pas semer d’herbe.

Lors du travail du sol, vous devez apporter un mélange bien décomposé de terreau et de compost pour augmenter la capacité de rétention d’eau du sol. Les proportions sont 1/3 du terreau et du compost pour 2/3 du sol existant.

Le mélange avec le sol peut être effectué avec un motoculteur si vous avez une grande surface.

Lorsque vous choisissez votre pelouse, recherchez les espèces les plus résistantes à cette sécheresse. Vous pouvez choisir un mélange composé d’au moins 40 % de fétuque haute, de fétuque dure de mouton ou de fétuque rouge semi-traceuse. Pour les 60% restants, le ray-grass, ainsi que les variétés ci-dessus, préfèrent.

Choisir les variétés n’est pas tout, vous devez également prendre soin de votre pelouse à la légère :

— Une coupe moins régulière pour protéger le gazon des peut atteindre une hauteur d’au moins 5 à 7 cm, surtout en été

– Un arrosage plus important est moins fréquent qu’un petit arrosage régulier car les racines absorbent l’eau plus profondément et sont plus résistantes

— Préférez les tondeuses broyeuses qui broient la tonte sans la ramasser. La récolte épuise le sol et fragilise l’herbe à long terme. Les déchets ainsi déchiquetés enrichissent progressivement le sol et jouent un rôle de paillage qui empêche l’évaporation de l’eau du sol.

— Apportez de l’engrais organique chaque année pour enrichir votre sol et améliorer sa capacité à retenir l’eau. Il peut être pris sous forme de granulés organiques, de cornes broyées ou de compost bien décomposé à raison de deux à trois poignets par m² deux fois par an (une fois en mars/avril et une fois en septembre/octobre).

Dans tous les cas, une pelouse en plein soleil dans un sol sec est une situation compliquée, il faut donc admettre que sa pelouse jaunira naturellement un peu en été. Dans ce cas, les herbes se reposent et se régénèrent lorsque les pluies d’automne se produisent.

2.1.b. Ombre et sol humide

Vous êtes plutôt dans le cas où vous avez un endroit où le soleil est bas et où l’humidité est élevée. Cette situation est également hostile à l’implantation d’une pelouse, surtout si le sol est étouffant et que l’eau a tendance à stagner.

Au moment du travail du sol, vous devez : introduisez du compost décomposé dans votre sol pour l’enrichir et le structurer plus fortement pour le rendre moins compact. Si le sol est trop humide, il suffit de le drainer pour améliorer ses propriétés.

Choisir les bonnes variétés : Lorsque vous choisissez votre mélange de gazon, faites attention aux espèces les plus résistantes à l’ombre et à l’humidité. Vous pouvez choisir un mélange composé d’au moins 60% de semi-traceurs ou de fétuque rouge. Pour les 40 % restants, le bluegrass est indispensable, et le ray-grass peut également être utilisé en complément.

Vous devrez également proposer un entretien adapté à une pelouse qui doit pousser dans des conditions relativement difficiles :

– Tonte douce, équitablement répartie pour donner à l’herbe le temps de se régénérer. La hauteur de coupe ne doit jamais être inférieure à 5 cm.

– Préférez les tondeuses à gazon qui s’accumulent pour empêcher les déchets de se décomposer au sol tout au long de l’année. Cela augmenterait l’humidité et le risque de maladie. Il est préférable d’ajouter de l’engrais plutôt que de pailler la pelouse.

– Lors du choix de l’engrais, utilisez des engrais doux, secs et à dégradation lente tels que la corne concassée. Évitez le compost ou les engrais sous forme de terreau qui retiennent l’humidité. Faites une contribution en mars/avril et une autre en septembre/octobre.

— N’oubliez pas d’utiliser le scarificateur au moins une fois par an pour permettre à l’herbe de se compacter et empêcher la mousse de se déposer.

– Arrêtez de tondre fin septembre pour renforcer votre pelouse avant les premières gelées.

— Recueillir les feuilles et autres déchets que l’herbe dans le pourrait couvrir l’hiver. Pendant ce temps, n’hésitez pas à aérer votre pelouse à l’aide d’un rouleau d’aération. Cela favorise la respiration de votre sol et le bien-être de la pelouse.